Le numéro 64 d’Égards est disponible

Mise en ligne de La rédaction, le 26 juin 2022.

Sommaire du numéro 64 – Printemps-Été 2022

La Russie et l’Occident: En marge de la guerre en Ukraine

Mise en ligne de La rédaction, le 26 juin 2022.

[EXTRAITS DU NUMÉRO 64/PRINTEMPS-ÉTÉ 2022]

PAR JEAN RENAUD

Au sein de notre « dissociété » énervée par l’information, la désinformation, la surinformation, sans cadre et sans boussole, les rares «réprouvés» qui rechignent à l’hégémonie libérale et nihiliste, sont forcément tentés par l’exaspération, le découragement, la fuite dans un activisme voué, dans son mouvement perpétuel, à s’éloigner de la raison naturelle et de la vertu de prudence. L’activisme, surtout sous ses avatars électroniques, altère notre sens du réel. Chez les plus religieux, la vie spirituelle elle-même en est faussée, et ils risquent de succomber à l’esprit sectaire, à ses raccourcis, à sa morgue et à ses égarements.

/ Lire la suite… »

Sur les abus sexuels dans l’Église

Mise en ligne de La rédaction, le 26 juin 2022.

[EXTRAITS DU NUMÉRO 64/PRINTEMPS-ÉTÉ 2022]

PAR ÉDOUARD DIVRY, O.P.

Le 5 octobre 2021, la Commission indépendante des abus sexuels dans l’Église (CIASE) publiait des chiffres élevés qui ont fait la une des journaux : 216 000 abus (l’écart-type étant non spécifié) auraient été commis par le clergé français entre 1950-2020. Les chiffres ont été obtenus par statistiques (Ifop, Inserm) sur un lot de 28 000 personnes, mais dont le choix demeure opaque pour certains spécialistes*. Quant aux laïcs en situation d’autorité dans l’Église catholique en France, ils auraient commis une part non négligeable des abus: 115 000 (écart-type non spécifié)!

/ Lire la suite… »

À LA POINTE DU CALAME – Le temps de l’attente: sur Théophile de Benoît Miller (texte intégral)

Mise en ligne de La rédaction, le 26 juin 2022.

[EXTRAITS DU NUMÉRO 64/PRINTEMPS-ÉTÉ 2022]

PAR PATRICK DIONNE

Discours prononcé le 6 novembre 2021 à la Bibliothèque des Sulpiciens de Montréal, lors du lancement du livre Théophile de Benoît Miller (Éditions Synoptique, 2021).

Je l’avoue, je tremble à l’idée d’entrer dans une librairie. Je ne sais pourquoi, j’y revis sans fin le même cauchemar. Je pousse la porte, emprunte une allée, saisis les bribes d’une conversation de cuistres, grommelle à cause de la musique, contourne un bouquineur somnolent, esquive une connaissance, presse le pas à la vue d’une croûte. J’aboutis au rayonnage où le livre désiré devrait se trouver. J’étudie les titres et les reliures. Je ne le vois pas. Je soupire, je râle, je peste. Soudain mon regard s’arrête sur un monticule de publications. Puis sur un autre, et un autre. Je songe, effaré, que toutes ces «nouveautés» seront vieilles demain, détrônées par d’autres, et que les arrivages se succéderont ainsi jusqu’à la Parousie, sans doute. Je recule en frissonnant. Puis je me précipite vers la sortie et saute dans un taxi…

/ Lire la suite… »

Contre-indications (texte intégral)

Mise en ligne de La rédaction, le 26 juin 2022.

[EXTRAITS DU NUMÉRO 64/PRINTEMPS-ÉTÉ 2022]

PAR FRIEDRICH VON PLATEN

Est-ce moi? Il me semble que les aiguilles tournent de plus en plus vite.

*

En temps de pandémie, le citoyen d’une société égalitaire fera bien de ne pas montrer trop de signes de santé.

*

Biopolitique ? Non, psychopolitique.

*

Certains experts affirment qu’avant de vacciner quelqu’un, il faut lui tordre le bras.

*

L’ambition du Québécois : être un patient à vie.

*

Je fais mon effort. Chaque fois que j’écoute les points de presse du gouvernement, je pique du nez.

*

Avez-vous vu le film de Fritz Lang, le Docteur m’abuse?

/ Lire la suite… »

LE SIÈCLE, LES HOMMES, LES IDÉES – Le totalitarisme macronien, réflexe brutal d’un système menacé de faillite

Mise en ligne de La rédaction, le 26 juin 2022.

[EXTRAITS DU NUMÉRO 64/PRINTEMPS-ÉTÉ 2022]

PAR MICHEL LÉON ET JEAN RENAUD

Il n’est pas de régime qui violente son peuple dont les dirigeants ne craignent leur propre faillite. L’épisode «sanitaire» qui secoue le monde développé depuis deux ans déjà constitue un condensé de l’idéologie, des intérêts et des méthodes des oligarchies techno-marchandes qui se sont imposées à la tête d’un monde industriel et financier menacé d’effondrement moral, démographique, monétaire, et taraudé par de puissantes contradictions internes.

/ Lire la suite… »

LE SIÈCLE, LES HOMMES, LES IDÉES – Lettre ouverte à Guy Nantel

Mise en ligne de La rédaction, le 26 juin 2022.

[EXTRAITS DU NUMÉRO 64/PRINTEMPS-ÉTÉ 2022]

PAR ANDRÉ DÉSILETS

J’ai lu avec intérêt Le Livre offensant de Guy Nantel qui brosse un tableau particulièrement déprimant du Québec d’aujourd’hui – un Québec qui mise avant tout sur ses propres lumières pour se libérer de tout ce qui lui pèse –, et lui rappelle qu’il y a de l’intolérable dans le monde. Du coup, dirons-nous, une pensée binaire triomphe, à la fois rudimentaire et chargée de ressentiment, qu’un humoriste averti espère pouvoir convertir au rire, cette «étrange entreprise» (Molière) qui «donne à penser», selon Paul Ricoeur, puisqu’elle véhicule un idéal qui a conduit Freud lui-même à conclure que le principe de plaisir est au service des instincts de mort! Certes, le rire est

/ Lire la suite… »

NOTES DE LECTURE – JULES FOURNIER, Souvenirs de prison

Mise en ligne de La rédaction, le 26 juin 2022.

[EXTRAITS DU NUMÉRO 64/PRINTEMPS-ÉTÉ 2022]

JULES FOURNIER, Souvenirs de prison, Montréal, Lux, 2021.

PAR NICOLE GAGNON

«Le 9 mai 1909, en première page du journal Le Nationaliste, Jules Fournier fait paraître un article intitulé ‘‘La prostitution de la justice’’. Le jeune polémiste de 24 ans accuse de partialité François Langelier et François-Xavier Lemieux, deux anciens organisateurs du Parti libéral devenus juges. […] Le premier ministre du Québec, Lomer Gouin, qui est aussi procureur général, ordonne que le polémiste soit traduit en justice. Le 12 juin, dans une salle comble de la ville de Québec, Jules Fournier comparaît devant nul autre que François Langelier! Le juge a tôt fait de le condamner à la prison pour trois mois.» («Note des éditeurs».) L’année suivante, Fournier publiait cet aimable opuscule racontant de façon fort éloquente les conditions de détention à la prison de Québec – devenue aujourd’hui un pavillon du Musée des Beaux-Arts.

/ Lire la suite… »

NOTES DE LECTURE – JONATHAN ROBINSON et al., Remembering Father Robinson. Essays on his Life and Spirituality

Mise en ligne de La rédaction, le 26 juin 2022.

[EXTRAITS DU NUMÉRO 64/PRINTEMPS-ÉTÉ 2022]

JONATHAN ROBINSON et al., Remembering Father Robinson. Essays on his Life and Spirituality, Ottawa, Justin Press, 2020.

PAR LUC GAGNON

Le Père Jonathan Robinson (1929-2020) n’est malheureusement pas très connu au Québec ni dans la francophonie. Il est pourtant né à Montréal au sein de la grande bourgeoisie anglo-canadienne de Westmount, dans une famille également bien enracinée dans les Cantons de l’Est depuis son exil loyaliste au XVIIIe siècle (à la suite de la Révolution américaine). Son père fut député provincial dans les Cantons de l’Est et ministre des Mines dans le gouvernement provincial de Maurice Duplessis. Le Père Robinson a suivi le cursus typique d’un Anglo-Montréalais de bonne famille en poursuivant des études au pensionnat de la Bishop’s College School, au Collège Bishop (à Lennoxville) et à l’Université McGill, où il obtint une maîtrise en philosophie à l’âge de vingt ans. Il continua et termina ensuite ses études doctorales en philosophie moderne à l’Université d’Édimbourg, en Écosse.

/ Lire la suite… »

NOTES DE LECTURE – LOUIS BOUYER, Mystère et ministères de la femme

Mise en ligne de La rédaction, le 26 juin 2022.

[EXTRAITS DU NUMÉRO 64/PRINTEMPS-ÉTÉ 2022]

LOUIS BOUYER, Mystère et ministères de la femme, préface de Jean Duchesne, Paris, Ad Solem, 2019.

Par ANDRÉ DÉSILETS

À l’instar de Louis Bouyer, je suis très conscient des moqueries que cet ouvrage provoquerait chez nos leaders d’opinion et nos féministes professionnelles – à supposer qu’ils aient l’idée de le feuilleter –, tant leur idéologie transpire le mensonge à plein nez*. Car l’idéologie est par nature déconnectée de la réalité. Aussi aspire-t-elle ipso facto à la propagande. «Qu’est-ce que l’idéologie?» demande Jean-François Revel:

C’est une construction a priori, élaborée en amont et au mépris des faits et des droits, c’est le contraire à la fois de la science et de la philosophie, de la religion et de la morale […] Toute idéologie est un égarement. Il ne peut pas y avoir d’idéologie juste. Toute idéologie est intrinsèquement fausse, de par ses causes, ses motivations et ses fins, qui sont de réaliser une adaptation fictive du sujet humain à lui-même – à ce lui-même, du moins, qui a décidé de ne plus accepter la réalité, ni comme source d’information ni comme juge du bien-fondé de l’action**.

/ Lire la suite… »